Blog du fondateur

  mardi 28 mars 2017  
Autres rubriques » Expression/Awal    Connexion   
Expres/Awal Réduire
Père Zakaria Boutros: "ennemi public n° 1 de l'Islam"?
Réponse d'un kabyle chrétien à l'arrogance de certains messages
APPEL des CHRETIENS du monde MUSULMAN
Cédre répond à l'affirmation d'un intervenant du forum "Les Kabyles ne sont pas des chrétiens"
Réponse globale aux nombreux courriels reçus réfutant les bases de la révélation chrétienne
Le Christianisme est-il d'origine divine ou satanique...(3 pages)
Neuvaine par saint Augustin : du 20 au 28 août
"La Bible a-t-elle annoncé la venue de Mohammed?", analyse d'un livre souvent cité sur les sites islamiques
Dialogue islamo-chrétien. Approche réaliste et objective. Approche idéaliste et subjective
Martyrs abandonnés. Le silence des institutions catholiques sur les persécutions des chrétiens
1er PÈLERINAGE À PAVIE auprès des reliques d'AUGUSTIN
La SHAHADA et le Cardinal
Jésus et Muhammad
MORT D'UN TÉMOIN DE L'EGLISE PERSÉCUTÉE
Dialogue interreligieux. Le Vatican dessine les lignes directrices. Déclarations diverses
Les convertis issus de l'islam et l'avenir religieux de l'Europe
N'AYEZ PAS PEUR!
Marie-Thérèse Urvoy:"Le dialogue islamo-chrétien: du principe à la réalité"
Les chrétiens sont les plus persécutés au monde
"Islam. Doctrine de l'abrogation" par Père Zakaria BOUTROS
L'EVANGILE [à] contre CORAN
A propos des conférences de Dominique URVOY et Tariq RAMADAN à l'Institut du Monde Arabe (IMA), le 19/02/09
MARIE est apparue en Egypte le 11/12 - 16/12 et 22/12
Va en Enfer Notre-Dame de Kabylie !
Père Zakaria Boutros: La justice de Dieu, Sa miséricorde et le concept de la Rédemption
Réponses du père François Jourdan aux questions de Moh-Christophe Bilek
Le Service des Relations avec l'Islam et les persécutions antichrétiennes
DISPUTATION avec les islamistes, principes de charité
Al Jazeera Network: en Afrique, chaque jour 16.000 musulmans quittent l'islam
Réponse du père François Jourdan à la recension critique du père Borrmans
Dominique et Marie-Thérèse Urvoy: "Soufisme"
LETTRE OUVERTE A JESUS CHRIST pour Son Eglise en France
Réflexions autour la présence de représentants de l'Église aux rencontres 2012 de l'UOIF
Un événement unique: 1968-1971 la Très Sainte Vierge apparaît en Egypte et est photographiée
Attaques médiatiques contre le Père Zakaria Boutros
Le séminaire islamo-catholique de Rome et l'Appel des Chrétiens du Monde Musulman
Chrétiens et musulmans quel avenir ensemble?
Dialogue interreligieux ou dialogue interculturel
LA CRÉDULITÉ DE CERTAINS CATHOLIQUES EST SIDERANTE!
Chrétiens d'Orient : les martyrs oubliés
Respect au Pape
Les contradicteurs islamistes se lâchent...puis se fâchent
Mon Dieu que vous seriez petit si je vous comprenais !
La lettre du père Antoine Moussali
Acharnement médiatique contre l'Eglise. Dénonciation de Mgr Rey. Annonces prophétiques
Danielle Pister-Lopez: "Des Hommes et des dieux. Quels hommes? Quels dieux?"
LOURDES, MARIE et les MUSULMANS 1ère partie
Conversion à l'Islam ?
Le père Christophe Roucou a béni des convertis ex-musulmans
A propos d'un article de France Catholique. Massignon et le dialogue islamo-chrétien
 Imprimer   
Titre de la rubrique Réduire

EXPRESSION/AWAL

Ce site a été conçu dés le départ dans le but de donner la parole aux convertis venus des traditions musulmanes, qui ont forcément un point de vue différent sur la religion qu'ils ont quittée pour adhérer à Jésus Christ et à Sa Bonne Nouvelle (Èvangile signifiant cela). Toutefois les hérétiques qui s'ingénient à concilier la foi islamique et la foi chrétienne nous évitent, et nous sont même hostiles parce que nous déclarons qu'il faut abjurer l'islam pour être chrétien.

Jésus est venu pour NOUS SAUVER, nous libérer. Mais de quoi? Des ténèbres et du péché, pour faire de nous ses frères et des enfants de Dieu. Assurément la doctrine islamique s'est constituée dés le début contre la Rédemption et ne veut pas entendre parler du Dieu d'Amour. Alors disons-le à tous, car c'est là notre foi : le Christ revient dans la gloire pour juger les vivants et les morts, y compris Mahomet.

Celui qui a entendu prêcher l'Evangile et ne confesse pas que Jésus est Seigneur et Fils de Dieu n'est pas son disciple et goûtera à la colère de Dieu: c'est l'Ecriture qui le dit pas le fondateur de ce site. Quant à ceux, prêtres ou simples baptisés, qui renient le Christ devant les hommes, nous savons ce que Jésus en dit: Lc 12, 8-9

Diffuser   Imprimer   
 
RéduireLes articles de la rubrique
 
  
vendredi 9 novembre 2012
Les convertis issus de l'islam et l'avenir religieux de l'Europe
Publié par Christian Mira le vendredi 9 novembre 2012 / 09:30 :: 19468 Vues ::Article Rating:: Expression - Awal
Introduction

Ce document est une étude malheureusement non exhaustive qui concerne des sujets, à première vue indépendants, mais qui ont cependant une relation avec le thème défini par le titre. En fait, la matière de ces différents sujets permet de mettre en relief le thème central, celui de l'amplification inattendue des conversions de musulmans au christianisme, et celui de ses conséquences. Il en résulte l'invalidation de toute conclusion pessimiste découlant d'un examen superficiel des données relatives à la déchristianisation de l'Europe, et parallèlement à une montée en puissance de l'islam dans ce continent, objets de la première partie de ce texte.

Démographie et immigration en Europe entrainent une progression spectaculaire de l'islam. Ce fait associé à une déchristianisation inquiétante et à une christianophobie croissante, peut laisser penser qu'à vue humaine ce continent s'achemine vers une majorité musulmane, estimée par certains à un horizon d'une quarantaine d'années. Nombre de musulmans pratiquants sont convaincus de cette issue, tout en évitant de manifester trop ouvertement ce sentiment là où ils sont minoritaires, taqqya (dissimulation légale, mensonge permis s'il sert au triomphe de l'islam, LIRE) oblige. Cependant il faut noter que cette "prévision" repose sur une analyse très superficielle de la situation, car elle ne tient pas compte d'éléments qui rendent douteuse toute conclusion défaitiste. Ces éléments concernent le contact direct d'hommes et femmes musulmans avec une culture, avec des religions et des philosophies, imprégnées d'une liberté inexistante dans leur culture d'origine, ceci joint au libre accès à un vaste éventail d'informations, accès inconcevable il y a une quarantaine d'années. Les musulmans vivant en Occident se trouvent ainsi immergés dans un environnement leur offrant la possibilité d'exercer leur libre arbitre en matière religieuse et philosophique. En effet, en l'absence de toute autre information religieuse et philosophique, ce libre arbitre (au sens commun, non philosophique), i.e. cette faculté qu'a la volonté de prendre tel parti plutôt que tel autre, ne peut s'exercer quand la société dans laquelle on vit impose la religion comme une filiation, une affiliation d’obligation héréditaire, sans possibilité de choix. Dans nos pays ce choix est offert, et cette liberté peut alors s'exercer malgré la pression de l'oumma (communauté, nation des fidèles, indépendamment de leur nationalité), qui reste forte aussi en terre "infidèle", où chaque membre de la communauté se sent responsable du comportement de sa famille, de ses amis et voisins. Cette pression ne peut empêcher nombre de musulmans de prendre conscience du visage réel de l’islam, en particulier comparativement au message chrétien. Ce fait est rendu possible à travers les nombreuses publications sur ce sujet, et les médias modernes. Au niveau mondial, les moyens actuels d'information, permettent à des ex-musulmans de s'exprimer. Certains prévoient même l'effondrement de l'islam d'ici une cinquantaine d'années. C'est le cas du politologue allemand Hamed Abdel-Samad, fils d'un imam égyptien, chercheur et professeur d'université résidant en Allemagne (LIRE).

Cette prise de conscience "comparative" du visage réel de l’islam, conduit des intellectuels musulmans courageux (par exemple d'Abdennour Bidar, et Abdelwahab Meddeb) à dénoncer la sacralisation de la violence engendrée par de nombreux passages des livres canoniques de l'islam (Coran, Hadiths, Sirah). Quant à ceux, nombreux, qui quittent l'islam, la majorité d'entre eux reste discrète pour éviter une rupture brutale avec la famille, les amis, et aussi à cause des risques que les apostats courent pour leur vie. En effet, pour l'islam, l'apostasie est le sommet des crimes, car véritable trahison pour l'oumma (ici au sens de nation). Elle est condamnée par deux hadiths (paroles du Prophète). Le premier énonce la sanction : "Celui qui abandonne sa religion islamique, tuez-le." (Sahih al-Bukhari Volume 4, Livre 52, Numéro 260). Le second prophétise une époque d'amplification de l'apostasie, et précise que tout "fidèle", se faisant juge et bourreau, aura une récompense dans l'au-delà : "J’ai entendu le prophète dire, “à la fin des temps, apparaîtront des jeunes gens aux idées folles. Ils parleront bien, mais ils sortiront de l’islam comme une flèche sort de son jeu, leur foi ne dépassera pas leur gorge. Ainsi, partout où vous les trouvez, tuez les, il y’aura une récompense pour ceux qui les tueront au jour de la résurrection." (Sahih al-Bukhari Volume 6, livre 61, Numéro 577).

Malgré ces menaces, certains ex-musulmans témoignent ouvertement de la nouvelle orientation de leur vie. Venant de connaisseurs du milieu, un tel témoignage, joint aux arguments qui l'accompagnent, est un facteur de réflexion qui commence à ébranler les fondements de la croyance de nombre de musulmans. En dehors du choix de certains en faveur de l'athéisme, ou de l'agnosticisme, l'une des conséquences de ce contexte est l'augmentation inattendue des conversions visibles au christianisme, celles cachées pour des raisons de sécurité restant difficiles à évaluer.

Cet article a pour objet un examen de ces éléments à partir de la situation actuelle. Une première partie expose les données "brutes" de cette situation : déchristianisation contemporaine de l'Europe (§ I.1) jointe à une christianophobie croissante (§ I.2), progrès de l'islam en Europe (§ I.3). Elle pourrait paraître un peu longue, pessimiste pour l'avenir, mais est nécessaire pour mettre en exergue la partie suivante (§ II.1-7). Celle-ci invalide ce pessimisme en présentant le formidable et inattendu mouvement mondial de conversions des musulmans au christianisme (dont, étrangement, un grand nombre résultant d'une expérience mystique), fait qui inquiète fortement les autorités politiques et religieuses de pays islamiques (§ II.3). Ce phénomène est peu visible à travers les médias dominants. La dernière partie (§ III) est la conclusion consacrée à la triple mission que les convertis se donnent, mission qui les amènera très probablement à jouer un rôle important dans l'avenir religieux de l'Europe. Les lecteurs s'estimant très bien informés sur tous les éléments relatifs à la déchristianisation de l'Europe, et à la montée en puissance de l'islam dans ce continent, pourront passer directement aux parties II et III de ce texte.

De nombreux liens hypertexte permettent de justifier les affirmations et arguments de ce document. Ils donnent aussi accès à des informations qu'il est impossible de développer.

 

- I PREMIERE PARTIE : EXAMEN DE LA SITUATION CONTEMPORAINE DE L'EUROPE

- I.1 Déchristianisation de l'Europe

Selon une étude publiée par un institut de recherche américain, le nombre de chrétiens dans le monde (un tiers de la population mondiale, devant les musulmans) croît régulièrement, mais leur répartition géographique s'est transformée notablement. En effet, c'est un fait évident : l'Europe se déchristianise, alors que d'autres régions du monde (l'Asie du Sud-est et l'Afrique) voient les églises chrétiennes se développer. En 1948 1760 prêtres catholiques étaient ordonnés par an en France. En 1996, pour une population bien supérieure, ils n'étaient plus que 128, d'où l'appel à des prêtres africains. Seulement 4 % des baptisés disent aller à la messe tous les dimanches. En se limitant aux catholiques de souche européenne, ce chiffre serait plus bas. Dans le diocèse d’Évry-Corbeil-Essonnes (250 églises pour plus de 1,2 million d’habitants), seuls 16,2 % des 18-29 ans du département de l’Essonne se déclarent catholiques, i.e. six jeunes essonniens sur sept ne se reconnaissent pas dans le catholicisme. Il s'agit d'une étude faite en juin 2012, à la demande de l'association "Paix liturgique", par la société JLM Études, institut de sondage professionnel et indépendant.

Les asiatiques et africains qui viennent en Europe sont frappés par la disparition des valeurs évangéliques. Cette disparition engendre violence, décadence de nos mœurs, envahissement des médias par la pornographie (camouflé en érotisme), promotion de l'homosexualité (qui devrait rester une affaire privée) par de véritables lobbys, égoïsme. Le "mariage de toujours" est tombé en défaveur. Plus de moitié des enfants naissent hors mariage. Par contre, sous forme du "mariage pour tous", il a la faveur des médias dominants, et de puissants groupes de pression. Il ne concerne plus l'union d'une femme et d'un homme. Un droit à la parentalité est exigé, sans préoccupation de l'enfant adopté (LIRE). Conjointement en France on note 200.000 avortements par an, soit 7 millions en 35 ans. Prochainement, cet acte devrait être totalement remboursé par l'assurance maladie, la grossesse devenant assimilée à une maladie grave. Des lois devant favoriser l'euthanasie sont à l'étude. Dans une société qui s'affranchit de son héritage chrétien, le catholique, intimidé, exclu de la culture, se reconnaît le plus souvent à son silence. S'il en sort, il est qualifié d'intégriste, comme un terroriste musulman. Pour être "dans le vent", une part importante des catholiques pratiquants choisit un "menu à la carte" dans ce que demande l'Église pour la conduite de la vie. Ainsi, pour beaucoup vivre en concubinage avant mariage n'est plus un désordre. On exige de l'Église plus de souplesse, plus d'ouverture au monde, i.e. d'aller toujours plus loin dans un processus de sécularisation, afin d'attirer la faveur de fidèles récalcitrants. Dans le sens de telles demandes, la pénétration d'une "apostasie silencieuse" (Jean-Paul II) a touché certains membres de l’Église, fait identifié par Paul VI en parlant d'un processus "d'auto-démolition de l'Église", et évoquant aussi "les fumées de Satan entrées dans l'Église".

Alors que le droit naturel, sur lequel s'appuient les religions, trouve sa source dans un Dieu Créateur, il est remplacé par un droit conçu par les hommes, adaptable aux évolutions de la société et des mœurs. Ce droit évolue constamment en fonction des mœurs. Le relativisme triomphe. Il n'y a pas de vérité objective, mais des "vérités" fonctions du temps et du lieu. Dans son discours à la Curie romaine pour les vœux de Noël 2008, le Saint-Père résumait la situation dans ces termes : "il s'agit de fait de la foi dans le Créateur et de l'écoute du langage de la création, dont le mépris serait une autodestruction de l'homme et donc une destruction de l'œuvre de Dieu lui-même. Ce qui est souvent exprimé et entendu par le terme "gender", se résout en définitive dans l'auto-émancipation de l'homme par rapport à la création et au Créateur. L'homme veut se construire tout seul et décider toujours et exclusivement tout seul de ce qui le concerne. Mais de cette manière, il vit contre la vérité, il vit contre l'Esprit créateur". Lors d'un entretien accordé au service de presse de l'archevêché de Grenade (Espagne), le père jésuite Samir Khalil Samir, directeur du Centre de documentation et recherches arabes chrétiennes (CEDRAC) et professeur à l'Université Saint Joseph de Beyrouth (Liban), s'est exprimé sur le refus de reconnaissance des racines chrétiennes dans le projet de Constitution européenne. Il soulignait que ce refus "frappe beaucoup les chrétiens d'Orient, car l'Europe a donné des milliers de missionnaires. Elle a évangélisé l'Amérique, l'Asie, l'Afrique... et aujourd'hui elle est si loin de sa foi".

-I.2. Christianophobie

Cette évolution "culturelle" s'accompagne d'une christianophobie croissante. Ce rejet du christianisme prend différentes formes (dont la traditionnelle, celle du rationalisme) alors que les religions orientales, les sectes, l'ésotérisme, le satanisme, les superstitions, la voyance, l'astrologie sont en constante progression. Dans le silence des médias dominants, vandalisme et profanations de lieux de culte et cimetières chrétiens, articles et représentations artistiques blasphématoires, se multiplient (VOIR le site Observatoire de la christianophobie). Pour les autres religions, ces faits provoqueraient une formidable indignation-mobilisation médiatique et le déplacement d'un ministre, alors que des séries TV anticatholiques (comme "Ainsi soient-ils" sur Arte) bénéficient d'une large publicité. A Paris le "Marathon de la Bible" (4-7 octobre 2012), pendant lequel la Bible est lue, commentée, priée (comme cela s'est fait depuis plusieurs années), a été interdit, alors que les autorités ferment des rues à la circulation dans certains quartiers le vendredi, pour que les musulmans puissent y prier (LIRE).

Plus préoccupantes sont les agressions perpétrées par des adolescents de quartiers sensibles, difficilement punissable au plan de la loi. On a ainsi assisté à Carcassonne à un caillassage des fidèles pendant la messe des églises Saint Joseph (26/05/2012), et Saint-Jacques du Viguier (02/11/2010). A Avignon il y a harcèlement des chrétiens et profanation de l'église Saint Jean-Baptiste (LIRE). A Dijon la messe est interrompue à  l’église Élisabeth de la Trinité (29/09/2012). A Nice, rue Rossetti, c'est une procession mariale qui est conspuée par des adultes musulmans (08/12/2010, VOIR). A Nice encore l'église Saint-Pierre-de-l'Ariane a été saccagée. La petite église aurait été désignée (probablement par des adultes) aux enfants identifiés comme vandales "en tant que maison du diable" (Figaro 29/12/2003, page 2). Le 16/09/2012, les locaux d'une église protestante à Toulouse ont été la cible d'une tentative d’incendie volontaire au moyen de cocktails Molotov.

Cette ambiance de christianophobie a atteint un niveau tel qu'un séminaire sur la discrimination des chrétiens en Europe a eu lieu le 2 octobre 2012 au Parlement européen (Bruxelles). Il était organisé par la Commission des conférences épiscopales de la communauté européenne (COMECE), les groupes du Parti populaire européen (PPE), et des Conservateurs et réformateurs européens (ECR). Ce séminaire était consacré à l'évaluation de la situation actuelle des chrétiens et à la liberté de religion en Europe. La nécessité d'efforts importants pour éliminer les mesures discriminatoires à l'encontre des chrétiens a été soulignée, avec celle de la garantie de la liberté de religion non seulement pour les minorités, mais aussi pour les chrétiens. Dans certains pays, la protection des droits des minorités sexuelles impose des limites à la critique et à la liberté d'expression. Le Saint-Siège a souligné qu'«une des questions clés est la protection des décisions de conscience à motivation religieuse ». En effet la liberté de conscience, en particulier dans les professions médicales, est menacée (cas de l'avortement), comme aux États-Unis (VOIR). Dans le cadre de la deuxième congrégation générale du synode sur la nouvelle évangélisation, le 08/10/2012, le cardinal Peter Erdö, archevêque d'Esztergom-Budapest, et primat de Hongrie, a présenté une situation préoccupante en Europe (LIRE). A ce sujet il note l'avancée constante de la déchristianisation, la responsabilité des médias dans ce processus, les attaques juridiques et les discriminations. Dans les nouveaux droits de l’homme dits "de troisième et quatrième génération", sans liens "avec la vision humaine et chrétienne du monde", ni avec "la moralité objective également exprimée dans les catégories du droit naturel", le cardinal voit une société civile en grave danger.

- I.3. Progrès de l'islam en Europe

- I.3.1. Démographie et incitation à la migration

Parallèlement à une hostilité croissante, allant jusqu'à l'agressivité haineuse à l'égard du christianisme, les flux migratoires essentiellement musulmans en Europe, et la pression démographique résultante, entrainent un développement rapide de l'islam. Cette situation a un lien avec le fait que démographie et migration sont vivement encouragées par les textes canoniques de cette religion.

Pour la démographie, un hadith (communication orale de Mahomet, "le Beau Modèle" - terme islamique - à imiter pour tout bon musulman) donne la conduite à tenir par les fidèles : "Un homme est venu voir le prophète et dit : «J’ai trouvé une femme belle et de haut rang, mais elle ne donne pas naissance à des enfants. Dois-je me marier avec elle ? ». Il dit : «Non». Il revint le voir mais il le lui interdit à nouveau. Il vint une troisième fois et le prophète dit : «Épouse des femmes qui sont aimantes et prolifiques, que je puisse submerger les autres peuples grâce à vous»."(Récit de Ma’qil ibn Yasar, Dawud XI 2045).

En ce qui concerne l'incitation à la migration, plusieurs versets du Coran en parlent : sourate 4, verset 100; sourate 2, verset 218; sourate 8, versets 72 à 75; sourate 9, verset 20; sourate 22, verset 58; sourate 24, verset 22. Certains commentateurs, pratiquant la taqqya, veulent leur donner le sens restreint de l'exil de Mahomet et ses fidèles à Médine, mais la plupart y voient un encouragement à la propagation de la foi. A ce sujet un document intitulé "Regards coraniques sur la migration", de l'islamologue Abdoul Aziz Kébé, est à noter. Cette publication du Département de sociologie de l'université Cheikh Anta Diop de Dakar (Nov. 2008) a été faite dans le cadre du "Forum International de Dakar. Migrations, politiques et droits de l'homme". Elle traite "des causes inscrites dans le Coran et qui semblent encourager les musulmans à l’émigration". Les motivations données dans le Coran sont exposées dans le paragraphe 1. Le paragraphe 2 traite de l'histoire et de la jurisprudence sur cette base : "L’histoire de l’islam axée autour de la migration des musulmans vers l’Abyssinie et vers Médine a entraîné par la suite les jurisconsultes à se pencher sur la question et à produire toute une doctrine y afférent. Cette doctrine apprécie la terre de manière binaire. D’une part, il y a le territoire de la croyance (Dâr al-islâm) et d’autre part, il y a le territoire de l’infidélité (Dâr al Kufr). Ce territoire de l’infidélité est un espace à prendre au besoin par la guerre -Dâr al Harb- Cette distinction a nourri pendant longtemps, et jusqu’à nos jours sans doute, l’idéologie du Jihâd conçue comme l’activité militaire destinée à conquérir le territoire de l’infidèle". Remarquons au passage que, pour la majeure partie de l'histoire islamique, le terme qui sert à décrire les sociétés non-islamiques, est très peu dâr al Kufr, mais a été le plus souvent dar al-Harb (terre de la guerre), soulignant ainsi l'aspiration des divers pays islamiques pour conquérir de tels territoires et pour les rendre partie de dar al-Islam (maison, terre de l'islam). A partir de cette base, l'auteur présente les trois angles sous lesquels les jurisconsultes musulmans ont conçu l’émigration. Le troisième et dernier paragraphe ("Confusions contemporaines") se termine par le vœu de la suppression des frontières, obstacles à une émigration musulmane plus large : "Pourquoi réduire les frontières pour les produits et les maintenir pour les hommes ?".

En se basant sur une enquête de l'IFOP, et sur le critère de la pratique religieuse, le Gatestone Institute conclut que l'islam est déjà devenu la première religion en France (cf. Islam Overtaking Catholicism in France). En 2020-2030 Bruxelles devrait être à majorité musulmane. Actuellement 2 enfants sur 3 sont musulmans. Ceci a amené l'Université Libre de Bruxelles (ULB) à organiser un colloque (13/11/2010) intitulé "Une majorité musulmane à Bruxelles en 2030. Comment nous préparer à mieux 'Vivre ensemble' ?" (VOIR)

Ces éléments permettent de comprendre pourquoi plusieurs dirigeants politiques, ou religieux de pays musulmans annoncent régulièrement que l'islam sera bientôt la religion dominante en Europe, et plus particulièrement en France. Déjà dans un discours à l'ONU (avril 1974), H. Boumediene ancien président algérien disait : "Un jour, des millions d'hommes quitteront l'hémisphère sud pour aller dans l'hémisphère nord. Et ils n'iront pas là-bas en tant qu'amis. Parce qu'ils iront là-bas pour le conquérir. Et ils le conquerront en le peuplant avec leurs fils. C'est le ventre de nos femmes qui nous donnera la victoire". De son côté Kadhafi affirmait à Rome: "l'Islam doit devenir la religion de l'Europe". Une image du devoir de procréer en dar al harb, pour qu'elle devienne dar al islam (maison, terre de l'islam), est donnée par l'article (accompagné d'une photo) du quotidien Le Bien Public de Dijon relatant la remise des médailles de la Famille française en 2010, à la mairie (salle de Flore). Parmi les huit médailles d'argent (6 ou 7 enfants) ne figure qu'un seul nom d'origine non musulmane, et pour les treize médailles de bronze (4 ou 5 enfants) que trois noms (LIRE). Or à Dijon le rapport population musulmane / non musulmane est de l'ordre de un à huit.

La plupart des musulmans sont convaincus de cette évolution, et voient un signe divin dans l'affaiblissement du christianisme qui l'accompagne en Europe. En dar al harb très peu le disent ouvertement, TAQQYA oblige, i.e. dissimulation légale, assimilée aussi à une ruse pour tromper l'ennemi en "terre de la guerre", quand le rapport des forces n'est pas favorable à l'islam. Alors que le Coran (sourate 40, verset 28) interdit à un croyant de tromper d'autres croyants, il lui donne le droit de mentir si le mensonge sert au triomphe de l'islam. A ce sujet, il est intéressant de noter ce qui a suivi l'exposé du docteur Tareq Suwaidan (prédicateur koweitien, frère musulman), intitulé "Le Prophète Mohamed : un modèle pour l’humanité", lors de la 26ème Rencontre des musulmans de France de l'UOIF (10-13 avril 2009). Aux côtés de l’imam de Bordeaux Tareq Oubrou (bien connu pour son engagement dans le dialogue français islamo-chrétien), le conférencier a rappelé une prophétie de Mahomet annonçant que la conquête de Rome suivrait celle de Constantinople (réalisée dans un bain de sang en 1453). Cette perspective avait été fort appréciée par l'assistance. Par la suite, s'adressant à des non musulmans, l’imam de Bordeaux avait tenté de rassurer en parlant d'un épisode qui pourrait prendre la forme d’une "simple présence pacifique", "une présence témoin" (cf. page 138 de son livre "Profession imâm", Albin Michel, 2009, entretiens avec Michael Privot et Cédric Baylocq). Or plusieurs hadiths dits Sâhîh (i.e. "authentiques", ayant la plus forte crédibilité pour les sunnites), et que l’imam de Bordeaux ne peut ignorer, concernent des propos de Mahomet sur la volonté de prendre la ville de Rome par le djihâd (Muslim livre 37, n° 6670; livre 41, n° 6927 et n° 6930; livre 42, n° 7067). Le degré d'authenticité de cette source est renforcé par le fait que les hadiths de Muslim, avec ceux de Bukhari, sont les deux seuls, parmi les cinq Sâhîh, considérés comme "excellents". Ceci confirme le soupçon de taqqya avancé par Michael Privot et Cédric Baylocq, d'autant plus que dans Muslim livre 41, n° 6927, Mahomet prophétise un effroyable combat pour la prise de Rome. De son côté, en dar al islam, Subhi Al-Yaziji, doyen du département des études coraniques à l'université islamique de Gaza, met ouvertement son espoir dans la conquête prochaine de l'Andalousie et du Vatican (AL-AQSA TV).

Parfois, en Europe, certains responsables oublient imprudemment la règle de la taqqya ou peut-être, pensant que la situation est irréversible, estiment que la prudence dans le langage n'est plus de mise. C'est ainsi que Rachid Gacem, trésorier et chargé de communication dans une mosquée de Roubaix, élevé au titre de "grand électeur" (délégués supplémentaires qui élisent les sénateurs) du parti socialiste, s'est distingué. Devant la caméra de John Paul Lepers, Gacem avait affirmé que, si la France devenait un pays musulman, il faudrait appliquer la charia, dont la lapidation, parce que c'est la loi divine (LIRE et aussi voir la VIDEO). Devant une telle violation de l'obligation de taqqya en dar al harb, sous la pression de responsables musulmans, le "grand électeur"du parti socialiste, chargé de communication de la mosquée Abu Bakr, a du démissionner de ses fonctions religieuses.

- I.3.2 Visibilité de l'islam, et problèmes résultants

Au plan de la visibilité, les progrès de l'islam deviennent de plus en plus évidents dans la société. C'est ainsi que le porc a disparu dans la plupart des cantines des écoles et entreprises (pour facilité de gestion), de plus en plus remplacé par la viande hallal. Des salles de prières sont demandées dans des universités, et divers établissements publics ou non. Les rayons "hallal" ont leur espace dans les supermarchés. Pendant le ramadan les médias dominants lui réservent une place de choix, inexistante pour le carême chrétien. Des mosquées "cathédrales" sont inaugurées en présence de ministre, maire, autorités religieuses, ce qui est impensable dans le cas d'une église. Bien que la loi de 1905 interdise le financement des lieux de cultes, l'aide à la construction est apportée sous une autre forme, avec la mise à disposition du terrain par le biais d'un bail emphytéotique, et des subventions indirectes à une bibliothèque, à des activités de soutien scolaire installées dans les murs de la mosquée. Dans les lycées et collèges de "zones sensibles", l'enseignement de l'histoire se fait sur la base de manuels scolaires opérant une déconstruction systématique du récit national, et en propageant des sentiments de culpabilité de la France (colonisation, esclavage, etc.). Cet enseignement demande des enseignants hors norme pour des jeunes qui nourrissent mépris et haine envers le pays d'accueil. Le plus connu est Jean-François Chemain. Son livre "Kiffe la France" (Ed. Via Romana, 2011) brosse un tableau d'un réalisme inquiétant sur une situation à première vue irréversible, mais, en tant que "reconverti" au catholicisme, il reste plein d'espérance pour l'avenir, si l'approche de l'enseignement dans ces "zones sensibles" est totalement modifiée, en se faisant sur de nouvelles bases (LIRE).

Dans une émission "Convertis : le choix de l'islam" (France Inter 18/09/2011), ces convertis sont estimés en France à une centaine de mille, estimation imparfaite en l’absence de chiffres officiels (ce chiffre sera discuté dans le paragraphe suivant). Parmi eux on note des jeunes chrétiens des cités sensibles. Minoritaires dans ces quartiers, sans réelle formation chrétienne de base (due à l'évolution de la catéchèse depuis une cinquantaine d'années), pour ne pas être rejetés par leurs camarades musulmans, sous leur pression, aussi pour éviter moqueries, et brimades, ils choisissent de devenir leur "frère" dans la croyance. Certains d'entre eux vont même vers l'islam le plus dur, et le terrorisme. De temps en temps l'actualité illustre cette dérive.

En recevant les évêques français le 26/02/1906, Saint Pie X parlait du châtiment des nations qui s'éloignent de Dieu, et qui ainsi "s'engourdissent dans le misérable aveuglement des esprits", châtiment "qui frappe ceux qui ont péché contre le Saint Esprit", (Saint Pie X, Actes de St. Pie X, Tome 1, p. 349). Il est tentant de penser à cette déclaration en associant deux phénomènes contemporains :

- (a) la déchristianisation spectaculaire de l'Europe,

- (b) la perception de la montée en puissance de l'islam qu'ont les médias dominants, ainsi que la plupart des intellectuels, la majorité des responsables politiques et religieux.

Indépendamment, sans référence à Saint Pie X, un article de François Martin (LIRE) aborde cette perception des "élites" sur la base de deux conférences: celle du père Henri Boulad, jésuite égyptien, ancien professeur de théologie au Caire, et ancien provincial des Jésuites du Proche Orient (VOIR), et celle d'Alain Chouet, ancien Directeur du Renseignement et de la Sécurité de la DGSE (VIDEO). A propos du plan islamique de conquête idéologique, et géopolitique, évoqué dans chacune des deux conférences, François Martin note que les deux conférenciers apparaissent "extrêmement étonnés (tout comme les islamistes eux-mêmes, sans doute) de la naïveté et de la cécité des intellectuels, leaders d’opinion et populations occidentales", en d'autres termes l'étonnement devant l'engourdissement des nations dans "l'aveuglement des esprits" dont parle Pie X. Quant au châtiment (?), il est tentant de penser aux malédictions et imprécations de la loi de Moïse (Deutéronome chapitre 28) quand le peuple juif s'éloigne de la Loi divine, en particulier les versets : 22, 28, 29, 32, 33, 43, 44, 48, 49, 50-52, 62.

SUITE PAGE 2
Page précédente | Page suivante
Commentaires
Par Claude Dubois le samedi 15 décembre 2012 12:20
Cher Moh-Christophe,
merci pour cet article qui récapitule très bien le problème et notre espérance. Je suis moi-même persuadé et je le dis à mes amis et ma famille que l'islam n'a pas de futur et va s'écrouler, certes cela ne sera pas sans heurts et sans douleurs, car comme vous le dites bien une frange non-négligeable se réfugie dans l'extrémisme du retour salafiste aux origines et leur violence dirigée particulièrement contre les chrétiens fera de nombreuses victimes et des martyrs, mais ils ne prévaudront pas comme nous l'a promis le Seigneur.
Ma conviction vient du fait que l'Islam n'a pas su, mais le pouvait-il, s'adapter à l'évolution du monde et des sociétés et surtout répondre aux interrogations de l'homme, sortir d'une religion "sociologique" pour apporter des solutions personnelles, le problème est le même pour l'hindouisme. L'empereur Meiji du Japon en dissociant la société civile du cadre religieux a pu projeter son peuple dans la modernisation et le shintoïsme mâtiné de bouddhisme s'est maintenu comme une survivance sociologique qui ne gène et ne s'impose à personne, mais les monarchies du Golfe peuvent-elles suivre ce chemin? Le Qatar semble s'interroger. Notre pape a raison de revendiquer aujourd'hui la liberté religieuse, qui débouchera sur la liberté de conscience et précipitera le déclin de l'islam. Mon souci va à tous ceux, musulmans et chrétiens qui paieront de leur sang ce bouleversement, même si le sang des martyrs est semence de chrétiens comme l'a dit Tertullien, un berbère je crois.

Par Muhend-Christophe Bibb le samedi 15 décembre 2012 13:15
Cher Claude,
L'auteur de l'article est un frère aîné comme vous: Christian Mira, dont la foi en Jésus Christ, ancrée dans son Église, est le moteur de sa réflexion. Merci aussi pour la votre qui transparait de votre message. Ce qui manque le plus à nos frères d'Occident, c'est la foi ; et Benoît XVI l'a bien compris qui nous invite à la "redécouvrir", en ouvrant une année de la foi.
Le plus beau cadeau que Dieu nous a fait, c'est à Noël que nous l'avons reçu; mais la plus belle preuve d'amour qu'il a faite à l'humanité c'est à Pâques que nous l'avons eue. C'est indépassable et que sont les pauvres "religions" d'Asie et d'ailleurs en comparaison?
Oui Tertullien est berbère.
Préparons nous à recevoir ce beau cadeau et Joyeux Noël à tous.

par Notre Dame de Kabylie le jeudi 12 septembre 2013 10:59
Comments from the following blog entry: Saint Augustin, fin des temps, signe de Jonas, conversion des musulmans, located at: http://www.notredamedekabylie.net/Autresrubriques/ExpressionAwal/tabid/63/articleType/ArticleView/articleId/940/Saint-Augustin-fin-des-temps-signe-de-Jonas-conversion-des-musulmans.aspx

par Notre Dame de Kabylie le jeudi 12 septembre 2013 11:41
Comments from the following blog entry: Saint Augustin, fin des temps, signe de Jonas, conversion des musulmans, located at: http://www.notredamedekabylie.net/Autresrubriques/ExpressionAwal/tabid/63/articleType/ArticleView/articleId/941/Saint-Augustin-fin-des-temps-signe-de-Jonas-conversion-des-musulmans.aspx

 
 
Accueil  |  Bibliographie  |  Persécutions  |  FORUM général pour tous  |  Mère QABEL  |  CONTACT
  Confidentialité   Conditions d'utilisation Copyright 2006 Notre Dame de Kabylie   
In view of this replica watches uk, this table is replica rolex only suitable for daily inconvenience diving buyers, say exaggeration point seems to swiss replica watches be able to bring dinner, in replica watches addition to elegant and low-key red gold material, reduced to 42 mm case is also more suitable for everyday wear.