Blog du fondateur

  mercredi 28 juin 2017  
Autres rubriques » Expression/Awal    Connexion   
Expres/Awal Réduire
Père Zakaria Boutros: "ennemi public n° 1 de l'Islam"?
APPEL des CHRETIENS du monde MUSULMAN
Réponse d'un kabyle chrétien à l'arrogance de certains messages
Cédre répond à l'affirmation d'un intervenant du forum "Les Kabyles ne sont pas des chrétiens"
Réponse globale aux nombreux courriels reçus réfutant les bases de la révélation chrétienne
Le Christianisme est-il d'origine divine ou satanique...(3 pages)
Neuvaine par saint Augustin : du 20 au 28 août
"La Bible a-t-elle annoncé la venue de Mohammed?", analyse d'un livre souvent cité sur les sites islamiques
Dialogue islamo-chrétien. Approche réaliste et objective. Approche idéaliste et subjective
Martyrs abandonnés. Le silence des institutions catholiques sur les persécutions des chrétiens
1er PÈLERINAGE À PAVIE auprès des reliques d'AUGUSTIN
Jésus et Muhammad
Les convertis issus de l'islam et l'avenir religieux de l'Europe
La SHAHADA et le Cardinal
MORT D'UN TÉMOIN DE L'EGLISE PERSÉCUTÉE
Dialogue interreligieux. Le Vatican dessine les lignes directrices. Déclarations diverses
Les chrétiens sont les plus persécutés au monde
N'AYEZ PAS PEUR!
"Islam. Doctrine de l'abrogation" par Père Zakaria BOUTROS
Marie-Thérèse Urvoy:"Le dialogue islamo-chrétien: du principe à la réalité"
Va en Enfer Notre-Dame de Kabylie !
A propos des conférences de Dominique URVOY et Tariq RAMADAN à l'Institut du Monde Arabe (IMA), le 19/02/09
L'EVANGILE [à] contre CORAN
MARIE est apparue en Egypte le 11/12 - 16/12 et 22/12
Père Zakaria Boutros: La justice de Dieu, Sa miséricorde et le concept de la Rédemption
Réponses du père François Jourdan aux questions de Moh-Christophe Bilek
Le Service des Relations avec l'Islam et les persécutions antichrétiennes
DISPUTATION avec les islamistes, principes de charité
Réponse du père François Jourdan à la recension critique du père Borrmans
Dominique et Marie-Thérèse Urvoy: "Soufisme"
Réflexions autour la présence de représentants de l'Église aux rencontres 2012 de l'UOIF
LETTRE OUVERTE A JESUS CHRIST pour Son Eglise en France
Al Jazeera Network: en Afrique, chaque jour 16.000 musulmans quittent l'islam
Dialogue interreligieux ou dialogue interculturel
Chrétiens et musulmans quel avenir ensemble?
Le séminaire islamo-catholique de Rome et l'Appel des Chrétiens du Monde Musulman
Attaques médiatiques contre le Père Zakaria Boutros
Un événement unique: 1968-1971 la Très Sainte Vierge apparaît en Egypte et est photographiée
Respect au Pape
LA CRÉDULITÉ DE CERTAINS CATHOLIQUES EST SIDERANTE!
Chrétiens d'Orient : les martyrs oubliés
Les contradicteurs islamistes se lâchent...puis se fâchent
Mon Dieu que vous seriez petit si je vous comprenais !
Danielle Pister-Lopez: "Des Hommes et des dieux. Quels hommes? Quels dieux?"
La lettre du père Antoine Moussali
Acharnement médiatique contre l'Eglise. Dénonciation de Mgr Rey. Annonces prophétiques
Le père Christophe Roucou a béni des convertis ex-musulmans
LOURDES, MARIE et les MUSULMANS 1ère partie
Conversion à l'Islam ?
AU ROI DU MAROC PAR RACHID, PASTEUR MAROCAIN
 Imprimer   
Titre de la rubrique Réduire

EXPRESSION/AWAL

Ce site a été conçu dés le départ dans le but de donner la parole aux convertis venus des traditions musulmanes, qui ont forcément un point de vue différent sur la religion qu'ils ont quittée pour adhérer à Jésus Christ et à Sa Bonne Nouvelle (Èvangile signifiant cela). Toutefois les hérétiques qui s'ingénient à concilier la foi islamique et la foi chrétienne nous évitent, et nous sont même hostiles parce que nous déclarons qu'il faut abjurer l'islam pour être chrétien.

Jésus est venu pour NOUS SAUVER, nous libérer. Mais de quoi? Des ténèbres et du péché, pour faire de nous ses frères et des enfants de Dieu. Assurément la doctrine islamique s'est constituée dés le début contre la Rédemption et ne veut pas entendre parler du Dieu d'Amour. Alors disons-le à tous, car c'est là notre foi : le Christ revient dans la gloire pour juger les vivants et les morts, y compris Mahomet.

Celui qui a entendu prêcher l'Evangile et ne confesse pas que Jésus est Seigneur et Fils de Dieu n'est pas son disciple et goûtera à la colère de Dieu: c'est l'Ecriture qui le dit pas le fondateur de ce site. Quant à ceux, prêtres ou simples baptisés, qui renient le Christ devant les hommes, nous savons ce que Jésus en dit: Lc 12, 8-9

Diffuser   Imprimer   
 
RéduireLes articles de la rubrique
 
  
vendredi 14 novembre 2008
Le séminaire islamo-catholique de Rome et l'Appel des Chrétiens du Monde Musulman
Publié par Christian Mira le vendredi 14 novembre 2008 / 09:40 :: 16702 Vues ::Article Rating:: Expression - Awal, Chronique des évènements du dialogue...

1 Le séminaire islamo-catholique de Rome et l'appel des 144

 

Le premier séminaire du Forum islamo-catholique, suscité par le conseil pontifical pour le dialogue interreligieux, et par des représentants des 138 leaders musulmans signataires de la lettre ouverte du 13 octobre 2007 aux leaders chrétiens, s'est tenu à Rome du 4 au 6 novembre 2008. Le 4 novembre, après une allocution du cardinal Tauran, chef de la délégation catholique, deux messages ont été lus, l’un par le chef de la délégation musulmane, Sheikh Mustafa Cerić, sunnite, grand-mufti de Bosnie-Herzégovine, l’autre par Seyyed Hossein Nasr, chiite iranien émigré aux Etats-Unis, professeur à la George Washington University.

 

Les travaux se sont déroulés à huis clos. Les deux  premiers jours, la discussion était introduite par un catholique et un musulman, chacun présentant une contribution d’une demi-heure. Les sujets discutés ont été d’abord "les bases théologiques et spirituelles" puis "la dignité humaine et le respect réciproque".Le 6 novembre, après une déclaration conjointe en 15 points, le Pape a reçu les deux délégations, catholique et musulmane (24 membres et 5 consultants chacune). Après ce premier séminaire, les participants se sont engagés à en tenir un second d’ici deux ans, dans un pays à majorité musulmane.

 

Le présent article se limite aux points du séminaire concernant directement les sujets jugés "urgents, et préalables, à un dialogue de vérité" dans l' "Appel pressant des chrétiens venus des pays musulmans ou y vivant" (pour simplifier: Appel des 144) publié par Notre-Dame de Kabylie, même si d'autres points de la déclaration finale y sont implicitement liés.

http://www.notredamedekabylie.net/Autresrubriques/ExpressionAwal/tabid/63/articleType/ArticleView/articleId/369/APPEL-des-CHRETIENS-du-monde-MUSULMAN.aspx

Ces sujets ont été abordés dans le cadre de la seconde journée de discussion qui portait sur le thème de la liberté et de la dignité humaine, ceci à la demande de Benoît XVI.

 

Les lecteurs désirant une relation plus large de toutes les questions traitées, la déclaration finale en 15 points, et les commentaires associés, les trouveront en particulier sur les sites suivants:

 

AsiaNews http://www.asianews.it/index.php?l=en&art=13687&size=A

http://www.asianews.it/index.php?l=en&art=13690&size=A

 

www.Chiesa    http://chiesa.espresso.repubblica.it/articolo/209230?fr=y

 

La Croix http://www.la-croix.com/article/index.jsp?docId=2355029&rubId=4078

http://www.la-croix.com/article/index.jsp?docId=2355206&rubId=4078

 

2 Respect de la liberté de religion, de conscience

 

Le jeudi 6 novembre, dans le discours de clôture, Benoît XVI a rappelé les aspects prioritaires qui doivent régir le dialogue entre les deux religions: le respect de la liberté de religion et de conscience. Le Saint Père a ainsi fermement condamné toutes les discriminations et les violences dont sont victimes les croyants, un peu partout dans le monde.

Ces questions constituent l’un des principaux points de désaccord dans les relations entre catholiques et musulmans. Les préoccupations de Benoît XVI, vis-à-vis du sort des minorités chrétiennes en terre d'islam, ont été exprimées clairement par cet extrait du discours:


"Je souhaite que les droits fondamentaux de l’homme soient défendus pour tous et partout. Les leaders politiques et religieux ont le devoir d’assurer le libre exercice de ces droits dans le plein respect de la liberté de conscience et de la liberté religieuse de chacun. La discrimination et la violence qui frappent les croyants, aujourd’hui encore, dans le monde entier, les persécutions souvent violentes qu’ils subissent, sont des attitudes inacceptables et injustifiables, encore plus graves et déplorables quand elles s’exercent au nom de Dieu". 

Trois articles (le 5, le 6, et le 8) de la déclaration conjointe en 15 points traitent directement de la liberté religieuse et de conscience. 

- Article 5 "L'authentique amour du prochain implique le respect de la personne et de ses choix dans les domaines de la conscience et de la religion. Il inclut le droit des individus et des communautés à pratiquer leur religion en privé et en public"

 

Ce point a été l’un des plus discutés. L'islamologue jésuite Samir Khalil Samir, membre de la délégation catholique, l'a ainsi présenté sur le site "Asia News": 

"Certains musulmans ont objecté: 'Si vous écrivez cela, vous nous mettez en difficulté. Dans nos pays, la liberté religieuse est régie par des lois de l’Etat. Comment pourrons-nous diffuser un document contraire aux lois de l’Etat? Nous risquons d’être discrédités et marginalisés dans notre société'. Quelques-uns ont proposé de supprimer au moins les mots 'en privé et en public". 

(cf. http://www.asianews.it/index.php?l=en&art=13690&size=A)

 

- Article 6 "Les minorités religieuses ont droit au respect de leurs convictions et de leurs pratiques religieuses. Elles ont aussi droit à des lieux de culte, leurs fondateurs et les symboles qu'ils considèrent comme sacrés ne doivent être en aucune manière objets de moquerie ou de ridicule". 

On sait que ce double droit est loin d’être mis pleinement en pratique dans les états musulmans, où la reconnaissance abstraite de certains droits n'aboutit pas à leur application concrète. Ce sujet a constitué le "point dur" des discussions. Il a été décidé que chacun le traduirait dans sa propre langue et, en l'absence du pouvoir de changer les lois, de le diffuser au mieux pour sensibiliser les gouvernements.

 

En relation avec cet article 6, Seyyed Hossein Nasr, intellectuel universitaire chiite a répondu au discours de Benoît XVI: "Nous ne pouvons autoriser un prosélytisme agressif dans nos régions, qui va détruire notre foi au nom de la liberté"

 

L'article 8 concerne l'un des aspects de la liberté religieuse.

 

Article 8 : "Nous affirmons qu'aucune religion ni ses disciples ne peuvent être exclus de la société. Chacun doit être en mesure d'apporter sa contribution indispensable au bien de la société, spécialement au service des plus nécessiteux".

 

3 Le problème de la sacralisation de la violence

 

Ce problème est l'objet de l'article 11: 

- Article 11: "Nous professons que catholiques et musulmans sont appelés à être des instruments d'amour et d'harmonie parmi les croyants et pour l'humanité entière, en renonçant à toute oppression, à toute violence agressive, à tout terrorisme, spécialement lorsqu'il est commis au nom de la religion, et en mettant en avant le principe de la justice pour tous". 

Ce point a aussi été particulièrement controversé. Le père Samir raconte: 

"Les musulmans voulaient que l’on retire le mot 'terrorisme' et qu’on le remplace par le terme plus général de 'violence'. Parce qu’ils se sentent attaqués et accusés de terrorisme par tout le monde. L’un d’eux a dit: 'Je ne suis pas Ben Laden. Pourquoi me faites-vous porter le poids de ce que fait Ben Laden?'. Puis la discussion s’est calmée. Certains musulmans ont reconnu que ceux qui les attaquent ne sont pas les chrétiens, mais le monde sécularisé et athée, auquel les musulmans et les chrétiens doivent résister ensemble. Ils ont donc exprimé le désir de surmonter les anciennes oppositions. Un musulman a dit qu’il n’acceptait plus la distinction classique entre Dar al-Islam, la Maison de la Paix, et Dar al-Harb, la Maison de la Guerre, qui comporte une division politico-religieuse du monde et encourage au jihad contre l’Occident. Il faudrait au contraire préférer la définition de Maison du Témoignage, s’étendant partout, dans les pays musulmans et dans les pays occidentaux, où l’important est de témoigner de sa foi, que l’on soit musulman ou chrétien". 

 

4 Ce qui a été passé sous silence

 

Dans http://chiesa.espresso.repubblica.it/articolo/209230?fr=y Sandro Magister mentionne le point important laissé de côté: la liberté d’abandonner la foi musulmane et d’en embrasser une autre, notamment la foi chrétienne. Dans l' "Appel pressant des chrétiens venus des pays musulmans ou y vivant" publié par Notre-Dame de Kabylie, c'est l'un des trois points considérés comme "urgents, et préalables, à un dialogue de vérité". En effet dans les pays musulmans, l'apostasie est sévèrement punie, de mort dans certaines régions. Dans le meilleur des cas elle provoque l’ostracisme, le coupable étant, de fait, expulsé de sa famille et de la société civile. 

La reconnaissance explicite de cette liberté est bien absente de la déclaration finale. Quand Seyyed Hossein Nasr a présenté la déclaration au public, au nom de la délégation musulmane, il a justifié ce silence par des arguments historiques et politiques. 

A deux questions précises, l'une relative au droit de changer de foi et au sort des convertis, l'autre relative à la persécution des chrétiens en Irak, et dans d’autres régions musulmanes, la réponse du Professeur Seyyed Hossein Nasr est très étonnante pour ceux qui connaissent l'histoire de l'expansion de l'islam à partir du 7ème siècle, et le sort des esclaves chrétiens au Maghreb (cf. les relations des missionnaires de l'Ordre de la Merci). Cet universitaire a en effet répondu: "les difficultés de ces chrétiens ne sont rien par rapport à ce que les peuples musulmans ont souffert au cours des siècles du fait des chrétiens et, aujourd’hui en particulier, du fait d’Israël et des Etats-Unis". Etant citoyen américain, il a ajouté: "Même au Texas, quand on devient musulman on subit l’hostilité et les pressions".

 

5 Conclusion

 

A côté d'articles débutant par des expressions fortes comme "Nous affirmons", "Nous déclarons", "Nous sommes convaincus", "Nous professons", "Nous appelons", on peut remarquer que les articles 5 et 6, qui concernent explicitement la liberté religieuse et de conscience, adoptent un autre ton. Peut-être parce que ces deux articles touchent la législation de certains pays musulmans.

 

L'un des intérêts de ce séminaire a été de mettre les interlocuteurs musulmans devant leurs responsabilités. Plus particulièrement ceci a été le cas du discours de Benoît XVI, qui a mis en relief les préoccupations de l’Église vis-à-vis des minorités chrétiennes en terre d'islam. C'est ainsi que les participants ont pu aborder les points qui fâchent. Une meilleure compréhension entre musulmans et chrétiens semble avoir résulté, les intervenants reconnaissant le sérieux, et le très haut niveau des débats.

 

Comme le dit Sandro Magister, cette rencontre a eu le mérite de mesurer le profond fossé qui sépare encore chrétiens et musulmans en ce qui concerne les droits des minorités chrétiennes en terre d'islam, et pour les musulmans le droit de changer de religion. A cet égard, elle a été un révélateur, dans ses succès comme dans ses limites.

 

Au plan d'une meilleure compréhension dans le dialogue, il faut noter un signe positif. Le site officiel ("A Common Word") des 138 leaders musulmans, signataires de la lettre ouverte du 13 octobre 2007, a publié l'intégralité du texte de l'appel des 144:

http://www.acommonword.com/en/a-common-word-in-the-news/14-general-news/71--muslim-converts-to-christianity-ask-religious-experts-at-vatican-meeting-for-religious-freedom.html

en reprenant sa traduction en anglais http://www.asianews.it/index.php?l=en&art=13673&geo=7&size=A parue sur le site catholique "AsiaNews", dont le directeur est missionnaire du Pontificio Istituto Missioni Estere.

 

Par contre en France, excepté celui de Radio Notre-Dame, les sites des grands médias catholiques (comme "La Croix"), ont ignoré le texte paru dans "Notre-Dame de Kabylie" qui leur avait été envoyé.

 

Commentaires
Par Ren' (blogren.over-blog.com) le lundi 17 novembre 2008 05:00
Il y a une avancée réelle dans les articles 5, 6 et 8, mais la question de la "liberté de changer de religion" reste un tabou... Dans deux ans, peut-être ?

Par Christian Mira le jeudi 20 novembre 2008 05:27
Réponse à Ren

Dans l'article 5 "respect dans le domaine de la conscience" suppose la liberté de changer de religion. Ces articles pourront être considérés comme une "réelle avancée", lorsqu'ils se traduiront sur le terrain par une nouvelle situation concernant le sort des minorités chrétiennes en terre d'islam, et la liberté de choisir ou de changer de religion. Ce point est d'ailleurs mentionné à la fin du résumé de l'article (11/01/08) "Le dialogue islamo-chrétien après la lettre des 138 leaders musulmans" (rubrique "Dialogue islamo-chrétien / Chronique des événement du dialogue").

Pour l'instant ces articles se situent au niveau de simples vœux, dont la rédaction a d'ailleurs donné lieu à de longues, et difficiles discussions.

Sur ce sujet deux exemples:

- L’Égypte est signataire de la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948. Pourtant on ne peut pas dire que le sort de coptes dans ce pays est un modèle d'égalité en ce qui concerne ces droits. Quant aux convertis, ils ne sont pas officiellement condamnés pour apostasie, mais pour trouble à l'ordre public (par exemple cf. http://oumma.com/Egypte-nouvelle-atteinte-aux, http://renenaba.blog.fr/1995/06/26/flashback-le-retablissement-du-crime-d-a-3867611

- En Algérie l’article 35 de la constitution qualifie d’inviolables la liberté de conscience et la liberté d’opinion. A ce sujet lire l'article "Constitution et religion dans les Etats musulmans" http://www.nawaat.org/portail/2005/02/07/constitution-et-religion-dans-les-etats-musulmans-4/

 
 
Accueil  |  Bibliographie  |  Persécutions  |  FORUM général pour tous  |  Mère QABEL  |  CONTACT
  Confidentialité   Conditions d'utilisation Copyright 2006 Notre Dame de Kabylie