mercredi 18 octobre 2017  
Accueil    Connexion   
View Article

Tous les articles | Archives | Recherche

vendredi 11 novembre 2011
Point de vue sur la christianophobie et la division des chrétiens
By admin @ 01:22 :: 6329 Views :: 0 Comments :: Article Rating
 

Comment faire? En allant manifester auprès de nos intellectuels chrétiens et de nos pasteurs, et en les conjurant de nous dire comment agir dorénavant? Ou mieux en leur demandant de prendre la tête de nos protestations?

S'ils ne veulent pas condescendre à descendre dans la rue, exigeons au moins qu'ils écrivent eux-mêmes aux christianophobes et autres responsables culturels qui se moquent de nous...Ecrire ce n'est pas difficile: qu'ils leur disent combien nous sommes blessés et pourquoi ils s'en prennent à Jésus Christ et à ses disciples; bref qu'est-ce qu'il leur a fait? Qu'est-ce que nous leur avons fait?

Pour ma part je ne vois pas d'autre solution!

=========

Quels sont mes frères ?

L’actualité récente a mis en lumière, et plus singulièrement chez les catholiques, une véritable cacophonie sur la fraternité chrétienne : on ne sait plus qui est frère de qui…

Et de se lancer des anathèmes :

-          « tu es intégriste, fondamentaliste ! »

-          « tu n’as pas honte d’être aussi tiède ? Pourvu qu’on te laisse tes pantoufles, tu es prêt à brader toutes tes valeurs chrétiennes ! »

Et le monde de s’en réjouir, et le Christ de se taire et d’attendre. Ce n’est pas faute d’avoir prié pour l’unité des siens. Mais les siens ne l’ont pas reçue…

Quel paradoxe ! Les chrétiens se sont pourtant lancé le défi de l’unité : l’œcuménisme.  Oui mais voilà on a oublié la première étape. Celle de mettre d’accord les catholiques entre eux, les protestants entre eux, etc.

Comment les catholiques peuvent réaliser l’unité avec les protestants ou les orthodoxes, quand ils se déchirent entre eux ? Un royaume divisé contre lui-même peut-il tenir, nous dit Jésus, en Mt 12,25 : Tout royaume divisé contre lui-même est dévasté, et toute ville ou maison divisée contre elle-même ne peut subsister.

J’ai vu nombre de chrétiens Algériens convertis de fraîche date, des protestants bien-sûr, puisqu’ils sont les plus nombreux et de loin, se détourner dés qu’on leur parlait d’œcuménisme, tant cette démarche leur parait inutile voire incongrue. On a beau les retenir par la manche : « mais il ne s’agit pas d’un œcuménisme avec les musulmans, comme confondent certains, qui est de l’interreligieux ! » On aggrave la situation, ‘vaut mieux se taire et passer à autre chose.

Oui mais voilà la conséquence est là : nous ne sommes pas crédibles !

Parler d’amour du prochain, de l’amitié pour les non-chrétiens et tutti quanti, c’est bien, mais qui nous prendra au sérieux lorsqu’on sort notre pistolet au mot « tradi », qu’on lève l’étendard dés qu’on entend le mot « Vatican II »?

Chers frères, nous n’avons pas d’autre choix, si nous aimons vraiment le Christ, s’il est réellement notre Seigneur, que d’aller à ses pieds entendre son enseignement. Oui,  sur ce sujet essentiel, il nous faut nous comporter comme Marie : boire ses paroles tandis que les Marthe se démèneront avec leurs casseroles.

N’a-t-il rien dit sur la fraternité, Jésus ?

Oh que si ! Et des paroles des plus déstabilisantes ! C’est peut-être du reste à cause de cela que nous ne voulons pas les entendre !

Mais Jésus répondit […] : Qui est ma mère, et qui sont mes frères ?

Puis, étendant la main sur ses disciples, il dit : Voici ma mère et mes frères. Mt 12, 49

Nous y voilà donc : voulons-nous écouter ou non ?

Pour ma part, ayant quitté la « fraternité musulmane » pour la chrétienne, les choses ont été claires depuis le début. Et saint Paul explique :

« Ainsi donc, vous n'êtes plus des étrangers [les uns aux autres], ni des gens du dehors ; mais vous êtes concitoyens des saints, gens de la maison de Dieu. » Éph 2,19

« Tous, en effet, nous avons été baptisés dans un seul esprit pour former un seul corps, soit Juifs, soit Grecs, soit esclaves, soit libres, et nous avons tous été abreuvés d'un seul Esprit. »1Cor 12,13

Ce qui ne veut pas dire que ce fut réalisable (ou réalisé) sitôt que j’ai compris. Comme me l’a dit un autre converti dernièrement : la substitution d’une communauté à une autre n’est pas automatique.

Ce n’est pas de la fraternité en Adam qu’il s’agit. Car nous sommes tous frères humains, qu’on le veuille ou non : c’est notre condition… humaine. Il s’agit plutôt des fraternités que, justement, des groupes humains veulent construire. On le sait il existe une multitude de fratries : il y a les frères d’arme, les frères musulmans, les frères en maçonnerie, les frères en mafia, les frères moines, etc.

Est-ce qu’en tant que chrétiens nous avons une fraternité distinctive à construire ? Cela me parait évident : sinon pourquoi quitter l’islam, ou le judaïsme ou le bouddhisme ? Et saint Paul de nous donner les fondements de sa mission, et qui sont aussi les nôtres :

« Car […] je me suis fait le serviteur de tous, afin d'en gagner un plus grand nombre. Avec les Juifs, j'ai été comme Juif, afin de gagner les Juifs; […] Je me suis fait faible avec les faibles, afin de gagner les faibles. Je me suis fait tout à tous afin de les sauver tous. Je fais tout à cause de l'Évangile, afin d'y avoir part. »1Cor fin du chapitre 9.

J’aime bien cette conclusion de saint Paul : je fais tout à cause de l’Évangile, afin d’y avoir part. Que veut-il dire ? Avoir part à quoi ?

N’oublions pas ce que veut dire le mot évangile : la Bonne Nouvelle. Et qu’est-ce que c’est que cette bonne nouvelle sinon la promesse d’être « fils de Dieu » ?

Quand on dit ça aux musulmans qui nous contestent, ils crient « au blasphème » ; quant aux supposés non-croyants ils hochent la tête : « fils de Dieu » rien que ça ?

Et bien oui, « rien que ça », mais ni plus ni moins !

Et voici autrement dit par Jésus en Lc 20,36 :

Car ils ne pourront plus mourir, parce qu'ils seront semblables aux anges, et qu'ils seront fils de Dieu, étant fils de la résurrection.

Voici donc l’explication de cette fraternité chrétienne à construire, pour laquelle Jésus a prié : c’est celle des enfants de Dieu ; ou pour bien scandaliser les uns et les autres : il s’agit de la fraternité des fils et des filles de Dieu !

Pour hériter de ce statut « filial », si invraisemblable pour tant de « monothéistes » et d’athéistes, Jésus indique la condition :

Car, quiconque fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux, celui-là est mon frère, et ma sœur, et ma mère. Mt 12, 50

On remarquera que Jésus ajoute le mot « sœur » dans ce dernier verset (50), que ne comportent les précédents.

Beaucoup de chrétiens, notamment chez les catholiques, ont perdu de vue cet aspect de leur foi, laquelle n’aurait plus aucun sens sans cette perspective éternelle et divine.

Or pour moi, comme la majorité des convertis qui quittent l’islam, nous affirmons comme fondamental[1] ce devenir ; et nous entrons dans l’Église du Christ, le peuple de Dieu, en gardant la totalité et l’intégralité[2] de cette promesse inouïe.  Aussi bien les paroles du Christ nous font vibrer quand il nous dit :

« C'est à cela que tous connaîtront que vous êtes mes disciples, si vous avez de l'amour  les uns pour les autres. » Jn 13,35

Le défi de la fraternité en Jésus Christ, voilà le challenge qui nous est lancé, aujourd’hui, chers frères aînés dans la foi.

Oui, je me considère « frère » de tout homme que je connais ou que je rencontre, musulman ou non, athée ou incroyant, fût-il viscéralement antichrétien, mais est-ce pour continuer à manger du couscous ou pour seulement prendre l’apéritif avec lui ? Malheur à moi si je ne souhaite pas le gagner à Jésus Christ, et si je ne me mets pas à l’œuvre, au moins par ma prière !!!

À quoi bon une fraternité dans laquelle on ne donnerait pas le meilleur de nous-mêmes, c’est-à-dire le Fils de Dieu qui nous divinise ? N’est-ce pas avec Lui que nous formons le même Corps, dont Il est la tête ?

J’accepte que des chrétiens ne soient pas d’accord avec cela, car ils peuvent encore grandir dans la foi. Je l’espère pour eux en tout cas. Mais en attendant qu’ils ne me fassent pas la leçon de « l’amour qu’ils auraient pour tous les hommes » ! Quels qu’ils soient et de quelque époque qu’ils soient ? À d’autres !

J’ai entendu de pareilles balivernes, au lycée, dans la bouche des révolutionnaires en herbe ; c’était en 1968. Et on peut voir à quoi cela a abouti : beaucoup de ces jeunes qu’on a voulu « libérer » sont adonnés à des passions et à des drogues qui les entrainent à des violences et à des agressions contre tous ceux qui ne sont pas de leur monde.

Dieu seul en effet peut aimer tous les hommes : contentons-nous d’aimer ceux qu’Il nous donne à rencontrer. Qu’on se le dise.

Tout le reste est de la littérature.

Mais ceci n’est que la conviction (et la foi !) de votre frère cadet, compris ou incompris :

Mohammed-Christophe

 

Caricature du 2 poids 2 mesures tout à fait juste


[1] Mot qui donne parait-il « fondamentaliste ».

[2] Qui vient de la même racine que « intégriste ».

Rating
Comments
Only registered users may post comments.
  
Accueil  |  Bibliographie  |  Persécutions  |  FORUM général pour tous  |  Mère QABEL  |  CONTACT
  Confidentialité   Conditions d'utilisation Copyright 2006 Notre Dame de Kabylie   
友情链接:6新葡京网站新葡京官网新葡京娱乐新葡京国际娱乐新葡京官方网站新葡京游戏新葡京集团新葡京网址澳门新葡京网新葡京网新葡京娱乐场新葡京官方网址新葡京注册新葡京国际新葡京开户澳门新葡京注册澳门线上新葡京澳门新葡京导航澳门新葡京手机开户澳门新葡京手机网址新葡京网站新葡京官网新葡京娱乐新葡京免费注册新葡京官方网站新葡京免费开户新葡京集团新葡京网址澳门新葡京网新葡京手机注册新葡京娱乐场新葡京手机开户新葡京会员注册新葡京国际新葡京会员开户